MENU

FEMINISME ET ISLAM, UN OXYMORE ?

Rencontre mercredi 15 janvier

En parallèle du spectacle Dieu le Père, le Poche vous propose un débat inédit le mercredi 15 janvier à 21h15, dans la foulée de la représentation, pour mieux dévoiler les contours d’un féminisme islamique.

Programme de la soirée :

19h30 : Spectacle (durée 1h20)
21h15 : Rencontre - entrée libre dans le foyer du Poche

Un événement gratuit et ouvert à tou.te.s !

 

Intervenantes :

Malika Hamidi, Docteure en sociologie et auteure

Spécialiste du féminisme musulman en Europe, elle a publié un ouvrage intitulé « Un féminisme musulman, et pourquoi pas ? » (Editions de L’Aube, 2017) Elle a co-écrit « Des féminismes islamiques" (La Fabrique, 2012) et contribué à de nombreux ouvrages collectifs.

Objectif nous montrer que ce n’est pas controversé. Le message il y a 20 ans c’était « il faut se faire petite car on porte un foulard ». 2004, interdiction du foulard en France et émergence des musulmanes qui veulent être citoyenne. Donner une accise scientifique plus qu’une accise de militance féministe, travail de terrain.

 

Eva Maria Jiménez,  Syndicaliste, antiraciste et féministe

Eva Maria Jimenez tente d’initier des travailleuses sans papiers à la militance. Son parcours de vie témoigne de cette possibilité d’un passage de la précarité à l’action.
Elevée par sa maman en Espagne après le départ de son père « vers l'inconnu », membre, notamment, du collectif féministe KAHINA composé de féministes de religion ou de culture musulmane elle soutient l'organisation des Travailleurs.ses Migrants.tes avec et sans papiers au travers d'une permanence juridique, d'un travail de plaidoyer politique et de l'action de terrain. Suite à un Master en sciences politiques économiques et sociales, elle obtient un certificat interuniversitaire en Sciences Religieuses et sociales, İslam dans le monde contemporain.

 

Djemila Benhabib, politologue et écrivaine, militante féministe et laïque

Née en Ukraine en 1972 d’un père algérien et d’une mère chypriote-grecque, Djemila Benhabib se passionne très tôt pour la politique. En Algérie d’abord, où la condition des femmes et la démocratie éveillent son goût pour l'engagement social. Vint alors la montée fulgurante de la violence islamiste au tout début des années 1990. La lutte contre l’intégrisme musulman s'impose à sa vie. Puis, c'est l'exil avec sa famille. D'abord en France puis au Québec où elle poursuit son engagement en faveur de la laïcité et des droits des femmes.  Elle y fait des études en science physique, en science politique et en droit international et devient correspondante de presse pour El-Watan, journal algérien francophone. Elle occupe divers fonctions au Parlement fédéral à Ottawa, à la fonction publique canadienne et dans l'enseignement universitaire. En 2009, elle entame une carrière d'essayiste. Son premier ouvrage Ma vie à contre-Coran (VLB, 2009), salué par la critique et par plusieurs prix littéraires, devient rapidement une référence. A Bruxelles, en 2016, elle remporte le Prix de la liberté d’expression pour l’ensemble de son œuvre, à l’occasion de la 2e édition du Difference Day, événement organisé dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse par la VUB et l'ULB sous le patronage de l’Union européenne et de l’Unesco. Les organisateurs soulignent sa «  contribution vitale à la protection et à la promotion de la liberté de pensée et d’expression  dans une société démocratique en perpétuel changement ». 

Modératrice :

Aude Garelly
Aude Garelly intervient, entre autres activités, auprès d’organisations actives ou d’individus actifs dans les champs des politiques sociales, des médias indépendants, des politiques publiques, de l’entrepreneuriat, comme modératrice de débats, consultante, formatrice.